Le poste de “Chief Digital Officer”(CDO) ne sert à  RIEN dans les PME 

pas plus que le Responsable Marketing Digital  

Quel est le rapport entre un(e) CDO et une robe de mariée ? Dans les deux cas, on pourrait louer au lieu d’acheter. 

Vu le peu de temps d’utilisation comparé au prix. Se marier dans la robe que quelqu’un a portée avant, c’est bizarre, mais payer des milliers d’euros pour porter une robe une journée, ça l’est encore plus non ?   

Qu’est-ce qu’un Chief Digital Officer ? C’est le chef d’orchestre de la transformation numérique, selon la boîte à outils du CDO, ouvrage extrêmement utile de Emily Metais-Wiersch et David Autissier. C’est un poste hautement qualifié. Il faut des compétences en marketing, en IT, en management, en finance, en gestion de projet. Au moins. Le CDO a fait de belles études, il est celui qui comprend le digital et va permettre à son entreprise d’en tirer tous les bénéfices pendant des années. Ce rôle est absolument essentiel dans les grandes entreprises, même s’il est assez convenu de penser que le CDO n’est que de passage. Une fois sa mission terminée, on le recycle ou on le jette, à juste titre.  

Et les plus petites entreprises, elles n’ont pas le droit à ce bonheur intense que d’avoir quelqu’un pour orchestrer leur transformation digitale ? 

.Ok, vous insistez.

Et que va faire votre CDO? Il ou elle va faire un audit et va dresser les choses à faire dans sa stratégie de transformation.  Cette partie stratégique va lui prendre quelques semaines, ou quelques mois,  selon la complexité de la situation. Et puis après ? Après, tel un gremlins qui aurait pris l’eau, ce CDO va muter pour avoir un rôle plus tactique et opérationnel. Il va enfiler une nouvelle casquette, celle de chef de projet. Et après ? Après, tel un tennisman de haut niveau qui prendrait sa retraite, il va se retirer des grands masters de la transformation pour les championnats régionaux du community management ou le grand prix intercommunal de la rédaction web…  En tant que dirigeant(e), vous aurez l’immense privilège de payer des posts Instagram à prix d’or, comme si vous embauchiez un influenceur haut de gamme pour faire votre contenu.  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Externaliser la stratégie, une option plutôt rentable

 

 

 

 

 

 

 

Personnellement, j’ai commencé ma carrière dans les achats. À la base, je pensais qu’un acheteur passait 90% de son temps à négocier. Mais la réalité, c’est plutôt 10 à 20%. Alors, si vous trouvez le caïd de la négociation, mais qu’il se révèle incapable de collaborer avec les demandeurs, qu’il ne sait pas suivre un processus d’approbation budgétaire, qu’il ne comprend rien aux ERP, … vous serez finalement perdant. 

 

 

 

 

 

 

 

Vous faites la même erreur avec le CDO et ses 10 à 20% de stratégie. Surtout qu’à l’inverse de l’acheteur, pratiquement toute la stratégie se trouve au début avec le CDO, c’est donc plutôt pratique. Pourquoi ne pas faire alors intervenir un(e) expert(e) de la stratégie digitale en externe pendant une période donnée, compter sur cette personne pour établir la stratégie, puis recruter un profil adapté à la stratégie décidée ? Un(e) chef(fe) de projet, un(e) responsable marketing, un(e) informaticien(ne), vous coûteront moins cher et seront, en plus, spécialiste.  Et vous aurez besoin d’experts pointus sur les orientations prises. 

 

 

 

 

 

 

 

Si votre société a des besoins moins importants, je vous conseille alors de considérer l’option d’un(e) étudiant(e) en alternance, venant d’une école spécialisée dans le digital comme l’EFAP. Ils seront les très bons exécutants d’une stratégie qu’ils auraient été trop juniors pour penser de A à Z. Et puis, n’oublions pas que des étudiants en alternance peuvent toujours bénéficier de conseils personnalisés de la part de leurs intervenants. Un sacré plus. Vous pouvez aussi vous faire suivre, au moins quelques mois, par votre consultant en stratégie digitale, pour vous assurer de rester sur le droit chemin. Ce qui sera de plus valorisant pour les alternants et leur soif (bien connue) d’apprendre. 

 

 

 

Faites-le bon calcul, et dans tous les cas, bonne chance avec le digital!  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Et n’oubliez pas que que toute la joyeuse équipe de Plug and Pulse est à votre disposition pour vous conseiller! Et si on commençait par un audit gratuit et sans engagement ?

Au plaisir de vous revoir !

Xavier Gueny, Fondateur de Plug&Pulse. 

“La plus grande difficulté de la transformation numérique, c’est de changer la roue de la voiture sans l’arrêter.” (2016)

Éric Blot, Président, Awak’IT

vous en voulez encore ?

Abonnement à la newsletter

thème(s) de prédilection

PLUG&PULSE

42, rue du midi 93100 MONTREUIL
01 71 89 43 84
contact@plugandpulse.fr