La France très en retard dans sa transformation digitale 

Parce qu’on a tous une bonne raison de reporter la révolution digitale

Dans les études consultables en ligne de BPI France, l’APEC et Deloitte, on apprend que nos entreprises sont très en retard concernant leur transformation numérique. 

C‘est dommage, les entreprises les plus matures sur le sujet ont en moyenne une croissance 6 fois plus élevée que celles qui ne font rien.  

Par exemple, savez-vous que 8 français sur 10 achètent en ligne? Alors pourquoi seulement 1 entreprise sur 8 fait du e-commerce? On ne peut plus ignorer que les habitudes des français ont évoluées: ils sont plus mobiles, privilégient l’usage à la propriété, donnent leur avis en ligne, n’écoutent plus les marques, ne supportent plus d’attendre, etc. Face à ces constats, les entreprises tardent à se mettre à la page. On vous explique pourquoi plus bas. 

 

Top 5 des plus belles excuses pour dire « NON » au digital

Quand il s’agit de mettre des bâtons dans les roues du digital, nos entrepreneurs ne sont pas les derniers! Notre florilège des bottages en touche: 

  1. « Je n’ai pas confiance en ceux qui ne travaillent pas avec moi ». 74% des dirigeants ne sont pas ouverts à l’idée de faire intervenir des prestataires extérieurs au sein de leur entreprise. Traduction: « Puisqu’on ne sait pas le faire nous-même, on ne le fait pas ». 

2. « Le digital, ce n’est pas pour nous ». la plupart des entrepreneurs ignorent que beaucoup de solutions digitales sont gratuites, et qu’au-delà des Accenture et autres CapGemini, des consultants spécialistes des petites entreprises, moins coûteux, ont l’expertise pour leur faire gagner beaucoup de temps et d’argent. On dirait bien que ça coûte moins que ça rapporte!

3. « Le digital, je n’y comprend rien ». Beaucoup limitent le numérique au fait d’avoir un site internet en oubliant que cela concerne aussi les ventes,  l’administratif, le recrutement, … bref toute la chaîne de de valeur. Traduction: « On a un site. La transformation digitale, c’est fait ». 

4. « On ne va pas se faire aider pour si peu ». Les besoins sont souvent identifiés, en partie, mais ils sont sous-évalués. De fait, les entreprises atteignent partiellement un résultat d’un objectif qui n’était pas terrible. Traduction: « Kevin t’es le plus jeune, tu nous fais une page Facebook et on en parle plus ». 

5. « Je n’ai pas une seconde à moi ». Le dirigeant a souvent l’impression d’être sous l’eau et hyper sollicité. A juste titre.  Traduction: « Ma transformation digitale est en numéro 92 sur ma to-do list« . Et si une petite heure en faisait gagner des centaines d’autres ?

 


Que vous vous sentiez ou non concerné(e) par ce top 5, toute la joyeuse équipe de Plug and Pulse est à votre disposition pour vous conseiller! Et si on se faisait un audit gratuit et sans engagement ?

Contactez-nous !

Xavier Gueny, Fondateur de Plug&Pulse. 

“Les choses ne sont pas difficiles à faire, ce qui est difficile c'est de nous mettre en état de les faire.” Constantin Brancusi, 1993